307 COURS EMILE ZOLA

69100 VILLEURBANNE

Parti architectural

Une ville d’une grande richesse, celle de Villeurbanne, avec un lieu complexe, sur le Cours Emile Zola. Le projet pourrait s’envisager avec des fondations ponctuelles afin de réduire le volume d’extraction de matériaux supposés pollués (ancien garage). Afin de réduire encore la section de ces fondations, une solution de structures légères serait judicieuse, soit métallique, à l’instar de celle des Gratte-Ciels, ou mieux encore en bois, matériaux bio-sourcé, plus en adéquation avec la qualité environnementale recherchée aujourd’hui. Tout comme les Gratte-Ciels à leur époque, ce type de structure, quel qu’il soit, peut se revêtir d’une peau pour s’installer en ville, sans qu’elle puisse être imaginée une fois le bâtiment achevé. Cette solution technique pourrait permettre d’envisager alors plusieurs hypothèses pour traiter la contrainte de l’éviction, totale ou partielle, par séquence ou en maintien total et permanant. Ce type de solution technique en effet pourrait permettre soit d’enjamber le rdc commercial existant, en maintenant son activité, tel un système de surélévation d’immeuble (création de structures ponctuelles sur domaine public de 25 à 30 cm de saillie à l’instar des débordements des vitrines commerciales existantes au 309 crs E. Zola, si le passage des réseaux publics le permet), soit d’un immeuble en porte à faux ancré uniquement sur la partie dite loft mitoyenne au N° 309. Cette même solution permettrait de maintenir une activité réduite sur 50% de sa surface en translatant d’un côté puis de l’autre, afin d’élever la structure, et de redonner très rapidement l’usage de cette surface commerciale. Enfin une autre solution pourrait être d’installer provisoirement sur le square en lieu et place d’une grue et des espaces de stockage, un magasin en structure modulaire provisoire pour maintenir l’activité commerciale à la même adresse. Au-delà des bienfaits de l’utilisation d’un matériau bio-sourcé pour l’environnement, de réduire les nuisances en phase chantier (durée, bruit et encombrement) il permet en façades d’obtenir des performances thermiques et d’étanchéité à l’air bien supérieures à des systèmes constructifs traditionnels et ce dans des épaisseurs inférieures (meilleur ratio SHAB/SdP). Nos nombreuses expériences, y compris au niveau Passivhaus ont pu démontrer également qu’avec ces solutions non encore beaucoup usitées, l’économie du projet s’inscrit pleinement dans la réalité économique des maitres d’ouvrages. D’autres pistes pourraient être également étudiées pour ce projet, l’intégration du végétal sur le bâtiment, de même que nous le réalisons à Grenoble pour lutter contre l’effet de chaleur urbain, la réutilisation des eaux grises de sdb après filtration pour les WC avant rejet définitif au réseau EU, la récupération des calories sur ces mêmes eaux grises pour l’ECS, la ventilation double flux en réponse au confort d’été, à la qualité de l’air intérieur et à l’acoustique, etc… La finalité étant plus de confort et moins de charge pour les habitants.  

Lieu de l'opération

69100 VILLEURBANNE


Maître d'œuvre

Atelier d'Architecture Hervé Vincent,
SLETEC (Structure, Economie, Fluides)


Maître d'ouvrage

BATIGERE


Programme

Construction de 20 logements collectifs et d'un local d'activité


Mission

Mission complète de maîtrise d'oeuvre


Surface totale

1500 m2


Budget

2 000 000 € HT


Calendrier

2019